Êtes-vous divergent , esclave ou maître ?
Aurore, citation sur le sens de la vie : On se demande parfois si la vie a un sens et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie

Êtes-vous divergent , esclave ou maître ?

Êtes-vous divergent , esclave ou maître ?

Avez-vous aussi eu parfois des rencontres qui ont bouleversé votre vie?

Des rencontres incroyables qui vous obligent  à aller plus loin?

Il n’y a pas de hasard, vous serez maîtres du monde… ou esclaves…

Certains, dont je fais partie… et vous aussi peut-être? ne croient pas vraiment au hasard : l’état dans lequel je me trouve, mes pensées, vont conditionner ce qui va m’arriver.

Quand j’étais gosse, je scindais le monde en deux catégories: nos maîtres dirigeants… et les esclaves.

Ça peut paraître choquant, mais si vous n’être pas un dirigeant, alors vous travaillez pour vivre : vous échangez votre temps contre de l’argent, vous travaillez pour vivre.

Avant, on payait très peu les serfs et on les punissait quand ils ne produisaient pas assez, aujourd’hui, on les tient autrement : on nous encourage à dépenser de plus en plus, à nous endetter… pour que nous restions asservis.

Les chaînes ont changé, mais au bout du compte, rien n’a changé.

Aujourd’hui, peut-être à cause du film (que je vous présente plus bas), j’en ai rentré une troisième : les divergents. :)

A votre avis, dans quelle catégorie est-ce que vous vous trouvez?

Les divergents

La troisième catégorie, elle est quasi-inexistante… et là encore, si vous êtes dedans, vous n’aurez aucun doute.

Soit vous êtes un esclave parce que vous vous êtes endetté et que vous devez travailler pour payer vos dettes, soit parce que vous n’avez pas de quoi vivre comme vous le souhaitez jusqu’à la fin de vos jours sans vous arrêter de travailler du jour au lendemain.

Oh, vous pouvez aimer ce que vous faites et aller avec plaisir au travail, mais, contrairement à ce que vous croyez peut-être, ce que vous avez, vous le devez à d’autres… et l’état se plaît à vous le faire remarquer quand vous faites vos courses en vous réclamant une TVA, ou quand vous payez vos impôts (si vous avez le malheur d’être dans la mauvaise catégorie).

Savez-vous pourquoi les lois sur l’argent changent tout le temps?

Les lois changent régulièrement pour taper (officiellement) sur les riches, mais je m’étais aperçu (et vous aussi, peut-être?) qu’en fait, elles ne sont pas là pour taper sur les riches… qui s’enrichissent toujours plus, mais pour empêcher les esclaves épris de liberté de se libérer de leurs chaînes, de se libérer financièrement.

Dès qu’un truc est connu, hop, une loi sort pour empêcher le troupeau de moutons dont vous faites partie (et moi aussi, je ne m’en cache pas) de se libérer.

Soit vous êtes enfermés, liés par vos chaînes dont vous ne voulez pas vous libérer parce que “ce ne serait pas juste”, soit vous vous prenez un coup sur la tête… parce que le plan que vous aviez en tête n’est plus possible.

Cette rencontre qui a changé ma vie

Cette rencontre que j’ai faite et qui a radicalement changé ma vie, eh bien, aussi dingue que ça puisse paraître, c’est un gamin de 6 ans.

Un gosse de 6 ans qui est en train de radicalement changer ma vie.

Pourquoi?

Eh bien parce qu’il est hypersensible… complètement différent des autres dans sa manière d’être, de penser, de vivre.

Un gosse qu’on ne peut pas manquer : il est tellement vivant que vous allez forcément le remarquer si vous passez à côté… et soit vous allez vous y attacher, soit vous allez le détester.

Ainsi, il éloigne de lui les gens qui ne vont pas, les gens qui sont trop dans le moule, enchaînés… et qui ne veulent pas s’en sortir.

Des gens qui le montrent du doigt… et qui me montrent du doigt, parce que mon fils est différent des autres.

Des gens qui voudraient le passer dans une machine à rendre les humains ternes et obéissants.

La résistance au changement… pour votre bien?

Si vous essayez de sortir de la voie qui vous est destinée, vous allez remarquer comme une résistance. Une forte résistance, en fait.

Des gens autour de vous que ça ne regarde pas et qui, “pour votre bien” … ou “pour le bien de votre enfant” vont chercher à vous faire rentrer dans les cases, dans le “bon chemin” comme ils disent.

On vous demande de travailler, de payer pour la retraite des autres, mais on ne peut pas vous garantir que la votre, de retraite, sera payée.

On vous invite à vous endetter, à souscrire à des contrats auxquels vous ne comprenez rien et, parfois, on vous explique qu’il y avait en fait une bulle que personne ne pouvait prévoir… et qu’elle a éclaté.

Les super placements dans lesquels vous aviez tout votre argent ont explosé et ne valent plus rien, comme, il n’y a pas si longtemps de ça, ce fut le cas avec les subprimes.

Un blog sur l’argent en préparation pour faire le premier pas vers sa liberté

Je vous expliquerai plus avant comment s’en sortir dans un autre blog que je suis en train de monter, mais il y a une chose à savoir: une fois que vous avez mis le pied en dehors de la matrice, que vous avez goûté à l’air de la liberté, vous n’avez plus envie d’y retourner.

Pourtant, les baffes sont nombreuses, les occasions également.

Nombreux sont ceux qui finissent, la tête basse, par rentrer dans le rang.

Certaines personnes sortent du rang… et soit elles plaisent, soit elles déplaisent, mais il n’y a pas de juste milieu pour elles.

Dans mon cas, ce sera un peu plus difficile, non pas parce que j’ai les épaules plus large ou parce que je suis plus fort que les autres, mais parce que j’ai mon fils.

Ce fils tellement attachant qu’en maternelle, alors qu’elle l’avait rejeté tout le premier trimestre, sa maîtresse a fini par le regarder, l’écouter, le comprendre… et qu’elle a voulu nous encourager à chercher dès à présent une réelle solution pour lui : sa créativité, sa lumière, c’est une richesse qu’il ne fallait pas éteindre.

Alors nous avons cherché et il se trouve actuellement en école Montessori… mais là aussi, c’est compliqué.

Là encore, il a réussi à plaire à ses deux maîtresses, mais à déplaire à d’autres, mieux placées… et l’une de ses maîtresses a appris, deux jours avant la fin de son contrat renouvelable, qu’elle ne sera pas renouvelée… et qu’elle devra donc être remplacée… pour des raisons financières, lui a –t-on dit.

L’autre est plus diplomate… ou peut-être qu’elle a plus besoin de son job?

toujours est-il que mon fils y a fait d’énormes progrès, qu’il nous a sorti des peintures dont nous sommes fiers (petit aparté: quels parents ne sont pas fiers des dessins de leur progéniture)?

Peinture faite à l'école Montessori par mon fils, Raphaël, 6 ans : mon propre fils est divergent
Peinture faite à l’école Montessori par mon fils, Raphaël, 6 ans : mon propre fils est divergent

Deux de ses maîtresses, sans se concerter, nous ont invité à le protéger, nous expliquant que parfois, il accomplissait en une heure…. ce que les autres faisaient en deux semaines… mais que d’autres fois, eh bien il ne voulait tout simplement pas :)

Je continue de chercher pour que mon fils puisse vivre libre et heureux

Donc, je continue à chercher.

Cet enjeu que j’ai sur les épaules, il est bien plus important que ma propre personne.

Je veux que mes enfants fassent partie de la troisième catégorie, celle dont je n’ai pas encore parlé jusqu’à présent.

Une troisième catégorie très rare puisqu’elle ne fait pas vraiment partie de la condition humaine, celle des hommes libres: pas esclaves, mais pas non plus pourris par l’argent et le pouvoir.

Divergente

Ça me fait d’ailleurs penser au film “Divergente” de Neil Burger: les divergents sont une espèce rare et ne rentrant pas dans les catégories “normales” (audacieux, érudits, altruistes, sincères et fraternels). Parce que les gens “normaux” sont plus faciles à diriger, eh bien les divergents sont chassés.

Ceux qui ne sont dans aucune catégorie et qui n’ont pas su se cacher finissent dans la rue, sans rien que l’aumône des altruistes.

Notre vie ressemble un peu à celle-là: soit vous suivez la pensée classique sans vous écarter du droit chemin… soit vous vous faites écraser par le système.

… et cette rencontre, ce fils qui ne ressemble en rien à ce que j’attendais, eh bien il ne rentre pas dans les catégories… et je veux qu’il soit heureux, je veux qu’il grandisse, je veux qu’il s’accomplisse… et je sais qu’il est possible de grandir et d’être heureux même en étant différent.

Alphabet, de Erwin Wagenhofer

Pour ceux que ça intéresse, voici ci-dessous “Alphabet” un film documentaire en anglais et allemand (sous-titré en français dans la version que vous trouverez si vous cliquez sur l’image) qui vous présente des gens qui ont décidé de vivre autrement.

Un jeune homme m’a marqué : il n’est pas allé à l’école, ses parents n’ont pas suivi leur obligation d’enseignement… ou en tout cas, pas tel que nous l’entendons… et aujourd’hui il fabrique des guitares, il fait du tir à l’arc, il est français, il parle allemand, … il est heureux.

éduquer son enfant autrement en respectant sa nature profonde
Eduquer son enfant autrement : découvrez ce magnifique DVD de Erwin Wagenhofer en VO sous-titrée en français.

 

Donc cette rencontre avec mon fils, pour en revenir à elle, eh bien c’est ce fil qui a décidé quelle voie je prendrai dans ma vie.

Il ne pouvait pas rester dans une école classique, alors nous avons cherché une école Montessori.

Celle dans laquelle il se trouve actuellement ne veut pas le garder pour des raisons qui leur sont propres (je n’ai pas réussi à les connaître), nous cherchons donc une autre école pour lui.

La chance d’avoir un fils divergent

C’est en effet un coût, mais c’est également une chance.

Il éloigne de nous les zombies, les esclaves qui ne veulent pas briser leurs chaînes… et attire des gens plus lumineux, des gens qui espèrent encore de la vie.

Et vous, est-ce que vous avez aussi fait des rencontres incroyables qui, mine de rien, ont décidé de ce que serait votre vie future?

Des rencontres qui vous interdisent presque de retourner en arrière, quand bien même vous auriez aimé, car, comme dans Matrix I, le traître qui a souhaité retourner à son état de larve uniquement pour retrouver le goût de la viande et une vie plus facile, même si elle était fausse?

Moi, j’en ai rencontre trois : ma femme, mon fils… et un lama tibétain.

Quand nous sommes prêts, alors nous voyons ce que nos yeux étaient auparavant incapables de voir

Je crois aussi que quand nous sommes prêts,  alors nous sommes capables de voir des choses que nous étions incapables de voir avant, que quand nous avons brisé notre bulle, nous ne pouvons plus la reconstruire… et que je suis en train, maintenant, de me diriger d’un cercle encore plus grand que tous ceux que j’avais rencontré jusqu’à présent.

Ce ne sera pas facile, mais le jeu (le bonheur de mes enfants, la joie de les voir libres et heureux) en vaut largement la chandelle, je pense?

Cet article a été écrit à la demande de Sandrino, du blog http://reussir-ses-relations.com.

Il fait partie de la fameuse « croisée des blogs » organisée par le site http://devperso.org et vous trouverez l’article de lancement du projet ici.

Il s’appelle « Histoires de relation, » le but du jeu étant de parler d’une personne, d’une relation qui a changé notre vie.

Cet article a 3 commentaires

  1. J’ai lu avec intéret votre article, qui m’a surpris par son originalité. Et je ne sais si il y a trois catégories de personne, en tout cas les trois sont perméables. Nous pouvons passer de l’une à l’autre, être maître et devenir esclave, être esclave et devenir maître, et comme moi devenir divergent.
    J’ai 53 ans et j’ai trouvé, enfin je pense avoir trouver un sens à ma vie, il était temps.
    J’ai donc comme vous un blog qui parle de l’épanouissement de l’homme appelé développement personnel
    Comme vous, j’ai donc une mission de vie symbolisée pour vous par cet enfant.
    La recherche du bonheur, est un moyen d’acquérir une certaine divergence, d’affirmer sa personnalité et d’être en correspondance avec son être profond, de vivre ses passsions, et surtout de vivre passionnément.
    Votre fils, et votre famile sont devenus les points centraux, alors je vous souhaite de vous y épanouir pleinement.

  2. Bonjour Jean-Louis,

    et merci pour ce bel article personnel et intime.

    Je pense que c’est l’Amour et la bienveillance que tu portes à ton fils qui fera qu’il deviendra quelqu’un de bien et accompli dans le futur, qu’il soit différent ou pas des autres.

    Personnellement, je pense que ce sont les différences qui nous enrichissent mais il est vrai que dans certains cas, les institutions n’aident pas à mettre en valeur ces différences.

    Bonne journée et à bientôt.

    Sandrino

  3. Divergent à plus de 80% cherches à discuter avec quelqu’un qui me comprenne.
    Toujours en quête, à la recherche de cet instant que vous avez trouvé qui vous dévie de votre mouvement propre et il ne peut être qu’extérieur…

Laisser un commentaire

04e8e304243efb984d3a09b38a18e467!!!!!!!!!!!!!!!!