Comment garder la foi quand tout va mal?

Comment garder la foi quand tout va mal?

 

Vous êtes-vous également déjà demandé comment garder la foi quand tout va mal, un peu comme si vous étiez en train de traverser à pieds un grand désert chaud sans suffisamment de vivres avec vous pour atteindre votre but?

Le manque de confiance en soi vous pèse ?

Inscrivez-vous dès à présent pour ne pas manquer, dès sa sortie prochaine :

​Le programme "J'inspire Confiance !" pour vous permettre de reprendre rapidement et durablement confiance en vous !

Et recevez immédiatement votre guide gratuit de 29 pages sur la motivation

Vous êtes libre de vous désinscrire à tout moment

Dans les lignes qui suivent, vous découvrirez 3 pas (le troisième est un défi)

Trois pas qui vont vous aider à retrouver la foi.

On se retrouve en fin de l’article!

La traversée du désert

Vous avez peut-être la désagréable impression de tout avoir bien fait comme il faut… et pourtant, rien ne va?

Alors vous poussez, vous poussez, vous poussez… et vous vous épuise.

Et puis, vaincu, vous restez allongé comme une loque sur le bord du chemin, sans force?

Peut-être êtes-vous croyant et vous n’en pouvez plus de tant d’injustice?

Vous vous demandez pourquoi Dieu vous a abandonné… ou ce que vous avez bien pu faire dans une vie antérieure pour mériter ce qui vous arrive?

Pourquoi y a-t-il tant de misère, de famines, de maladies dans le monde?

Les épidémies de grippe, le sida, Ebola… rien ne nous est épargné.

Les crédits sur le dos, le travail qui ne marche pas, les infos qui passent leur temps à nous ressasser encore et toujours que tout va mal…

Vous n’avez pas vous aussi, parfois, l’impression que nous devons vraiment être des super-héros pour supporter autant de pression négative sur nos épaules?

Déjà, tout de suite, sans attendre, plutôt que de vous lamenter seul sur votre sort, il y a un premier truc que vous devez faire: levez la tête et regardez autour de vous : vous n’êtes pas seuls.

Nous sommes tous là, déconnectés les uns des autres, la tête tellement dans le guidon que nous avons oublié de communiquer avec les autres, comme le dit si bien Benjamin Disraeli :

“L’art de la conversation fait appel à deux belles qualités : il faut savoir entrer en contact avec autrui et comprendre son point de vue, à la fois communiquer et écouter.

Un tel équilibre est rare, mais lorsqu’il est atteint, le charme opère.”

Comment garder la foi quand tout va mal : L'art de la conversation selon Benjamin Disraeli.
L’art de la conversation selon Benjamin Disraeli. Montage sur une magnifique photo d’aurore boréale

Pourtant, des solutions existent et dans le cadre de cet article, je vais vous en donner trois.

.

Premier pas pour garder la foi quand tout va mal

Quand on subit une traversée du désert, qu’on n’a plus la foi, qu’on ne croit en rien, on est épuisé.

Le principal souci, c’est que souvent, on ne prend pas le temps de se ressourcer.

A ce propos, ma femme m’en parlait encore hier : qu’y a-t-il de mieux, quand on est épuisé, de partir en vacances, de se rendre au bord d’une chute d’eau, voire même de passer quelques jours dans un monastère?

Ce sont des actes que j’ai déjà accomplis et alors que j’étais épuisé, la semaine dernière, mon premier geste a été justement de mettre ce principe en action : nous avons pris la voiture et sommes sortis nous promener quelques instants en forêt avec les enfants.

Il faut cependant faire très attention : le choc entre votre vie d’avant et cet instant magique peut être très violent. Du reste, il ne résoudra pas votre problème de départ et il faut bien en avoir conscience, mais sans énergie, comment se battre?

Depuis une semaine, j’ai les batteries à plat, je n’arrivais plus à décrocher de l’ordinateur du matin au soir, aussi ai-je décidé :

  • De passer plus de temps avec mes enfants
  • De faire une cure de vitamines, minéraux et de Ginseng.

Sans énergie, ça ne sert à rien de continuer à se battre.

Dans un premier temps, il faut vous ressourcer, coûte que coûte.

Deuxième pas pour garder la foi quand tout va mal.

Le deuxième pas à accomplir pour retrouver la foi quand tout va mal, c’est la motivation.

Si vous n’avez plus de motivation, tout de suite, chaque pas est plus pesant.

Il faut donc que vous vous trouviez une image motivante qui vous donne envie de poursuivre sur votre route !

Dans mon cas, c’est ma famille: mon fils, mes deux filles, mon épouse.

Le reste, au bout du compte, m’importe peu, tant que nous sommes heureux et ensemble.

Il y a cependant autre chose qui m’interpelle et que j’ai envie de partager avec eux, ce sont les aurores boréales.

J’ai envie, prochainement, de prendre une semaine de vacances avec eux pour leur montrer ces fameuses aurores boréales.

Comment transformer votre image motivante en phare qui va vous permettre de garder le cap?

Soit vous savez travailler les images et/ou vous faites de belles photos, soit vous vous rendez sur google images ou encore sur  flickr.com pour trouver des images de qualité.

Ensuite, vous vous rendez sur http://bighugelabs.com/motivator.php, vous téléchargez votre image, vous y rajoutez un titre et un sous-titre et vous obtenez un poster, comme celui que je vous propose ci-dessous (attention, il n’accepte pas les accents au niveau du titre, uniquement pour le sous-titre)  :

Un rêve qui va devenir réalité: voir les yeux émerveillés de mes enfants quand ils verront leur première aurore boréale
Un rêve qui va devenir réalité: voir les yeux émerveillés de mes enfants quand ils verront leur première aurore boréale-

Vous voyez, c’est simple, non?

Le souci du site Bighugelabs, c’est qu’il est en anglais, mais sinon, c’est sympa comme tout.

Votre poster motivant, vous n’avez plus qu’à l’imprimer et vous pourrez dès aujourd’hui le placer à un endroit que vous ne pourrez pas manquer.

Comme notre cerveau a une forte tendance à zapper ce qui lui est habituel, changez régulièrement votre poster de place, voire même carrément, changez de poster : gardez le lieu, gardez votre image motivante, mais choisissez un autre angle de vue (mettons que, comme ma femme, vous soyez passionné par Stonehenge : il y a plusieurs vues de ce lieu, chaque vue vous fait un poster différent que vous pourrez donc changer régulièrement).

A force de manger du gris tous les jours, nous perdons notre capacité à rêver.

N’est-ce pas triste?

Dans un deuxième temps, visualisez votre objectif motivant.

Un défi: le troisième pas pour garder la foi quand tout va mal

Le troisième pas pour garder la foi quand tout va mal, je vous mets au défi de le faire.

Aujourd’hui, l’une des grandes raisons qui fait que tout va mal, c’est que nous communiquons de moins en moins… et que nous sommes de plus en plus égoïstes.

Les supermarchés ne font pas leur argent en gagnant énormément sur chaque produit qu’ils vous vendent, mais sur la masse de produits qu’ils vendent au maximum de clients.

Comment irait le monde si tout le monde, aujourd’hui, demain, après-demain, donnait 1€ à un mendiant de son quartier?

Vous vous dites peut-être que ça ne changerait pas grand chose?

FAUX.

Ce mendiant, avec ses 1€ en poche, il va faire les courses… et donc enrichir le commerçant du coin… ou le caissier de votre supérette de quartier qui, se faisant, pourra aussi dépenser plus, voire même investir.

Si une seule personne fait ce geste, cela n’aura aucune importance, mais si nous sommes tous à le faire, si tous les 8352 lecteurs que ce blog a eu en novembre 2014 font ce geste de partage et qu’ils encouragent 3 amis à faire de même et qu’eux même font ainsi avec trois de leurs amis… et ainsi de suite, alors très vite, nous aurons mis en place une vague de solidarité qui, au bout du compte, ne nous aura pas coûté beaucoup (1€) mais qui, comme pour le théorème de l’aile de papillon à l’autre bout du monde qui a déclenché un ouragan par chez nous, il suffit parfois de trois fois rien, juste un peu de solidarité, pour changer la situation d’un pays.

Je ne suis pas naïf, je sais très bien qu’il manque une clef à la réussite d’un tel projet: la preuve sociale.

Si vous agissez seuls  dans votre coin, rien ne se fera, alors que si vous pouvez le prouver pour encourager vos amis, alors ce sera plus efficace, un peu comme pour le “Ice Bucket Challenge” : ceux qui avaient fait un don devaient se verser un seau d’eau glacé sur la tête.

En hiver, se verser un seau d’eau glacé sur la tête, c’est suicidaire, aussi je vous invite à partager sur Facebook l’image ci-dessous dès que vous aurez relevé ce défi :

Pour aller beaucoup plus loin

Je suis en train de préparer une petite surprise aux inscrits de ce blog. Dès qu’elle sera prête, vous recevrez un mail de ma part pour vous dire quoi faire. Si vous souhaitez aller beaucoup plus loin sur le sujet de cet article : “Comment garder la foi quand tout va mal?” je vous invite donc à vous inscrire sur le formulaire ci-dessous. A tout de suite et bonne chance dans la réalisation de votre défi!

Dans un troisième temps, commencez à changer le monde autour de vous.

(ça peut paraître dingue, mais essayez ;)  ).

Cet article a 3 commentaires

  1. Bonjour Jean Louis, ce qui me permet de me sentir mieux quand « tout » part de travers, c’est de me rappeler de mes rêves, de qui j’ai envie de devenir, c’est probablement ma source de motivation comme tu dis dans l’article. Merci pour l’astuce du poster, l’idée de faire quelque chose de la sorte me trottait dans la tète depuis un moment, je vais le faire, et même 3 ou 4 pour mettre chaque foi un de différent. Votre défi je l’ai relevé.

  2. Bonjour Sofiane!

    Je suis super ravi que vous ayez relevé le défi!
    Quand je vois le nombre de personnes qui l’ont relevé, je me dis que le prochain, je demanderai à ceux qui l’ont relevé de nominer d’autres personnes.
    C’est dommage qu’il n’ait pas été plus suivi en cette période de fête.

    Prenez soin de vous!

  3. Bonjours, je te remercie de c’est conseil mais tente d’adapter ces techniques de façon plus vague et générale, par ce qu j’essaie de faire de mon mieux pour me sortir la tête de l’eau et les vers du nez, mais j’ai n’arrive pas a me jeter tête baissé dans ce monde si mystérieu, dans lequel tu peut vivre ou mourir suivant les actes que tu commet. J’ai 18ans et je suis aussi médusé que mes grand-parents qui ont vue beaucoup plus de chose que moi et qui reste a regarder la télé la journée de leur pénible retraite. Après c’est aussi une peur de rester enfermer dans un système qui nous mène la vie dur.

Laisser un commentaire

2a0796c14996c0a2e3dfa7d5030acf6bqqqqqqqqqqqqqqqq