L’amour de soi, un excellent remède au manque de confiance en soi

L’amour de soi, un excellent remède au manque de confiance en soi

 

J’ai une question pour vous : manquez-vous de confiance en vous ?

Le manque de confiance en soi vous pèse ?

Téléchargez immédiatement votre guide illustré de 29 pages sur la motivation
+
PROCHAINEMENT :

Le programme "J'inspire Confiance !" pour vous permettre de reprendre rapidement et durablement confiance en vous :

Vous êtes libre de vous désinscrire à tout moment

Si vous avez du mal à répondre à cette question, consultez le guide gratuit de la confiance en soi.

Il vous dévoile les signes qui montrent que vous manquez de confiance en vous.

Si après l’avoir lu, vous parvenez à la conclusion que vous manquez d’assurance en vous, sachez qu’il existe plusieurs méthodes pour acquérir, reprendre ou renforcer votre foi en vous-même. Mais l’une des meilleures, c’est de s’aimer soi-même.

Pourquoi ? Et comment parvient-on à s’aimer soi-même ? Voici des réponses appropriées à ces questions.

Comment l’amour de soi guérit du manque d’assurance en votre succès

Si vous manquez de confiance en vous-même dans un domaine donné, c’est parce que vous pensez que vous n’êtes pas capable d’atteindre votre objectif dans ce domaine-là. Vous pensez que vous êtes nul(le) ou alors que vous ne possédez pas tout ce qu’il faut pour y arriver.

Cet état d’esprit vous empêche alors d’agir ou… d’agir avec efficacité.

Conséquences : vous échouez dans ce que vous entreprenez ; et comme vous vous trompez sur la vraie signification de l’échec, ce dernier vient vous confirmer le fait qu’il vous est impossible de réussir dans ce domaine-là.

Conclusion : vous manquez encore plus de foi en vous-même dans ce domaine-là.

Puis, quand vous ne faites pas attention, vous étendez ce manque de confiance en vous-même à de nombreux autres domaines de votre vie. Très rapidement, vous ne dites plus « Je manque de confiance en moi-même dans tel domaine ». Vous dites plutôt « Je manque de confiance en moi-même ». Vous généralisez.

Et puisque l’esprit accepte tout ce qui lui est répété à maintes reprises, puisque l’esprit accepte ce qui lui est suggéré et accompagné de faits, vous en venez à vraiment manquer de foi en vous-même.

Les conséquences sur votre vie sont alors désastreuses.

Voici un exemple qui illustre tout cela :

supposons que vous ne possédez pas un seul franc à l’heure actuelle, mais que vous voulez vous bâtir une fortune de 47 millions d’euros d’ici 7 ans. Vous voulez. Mais puisque vous êtes actuellement sans le sou, vous émettez de sérieux doutes sur votre capacité à y arriver.

Vous commencez par penser : « Il me faut un capital de départ. Mais je n’ai pas un seul kopeck. Je ne vois pas quoi faire », « Il me faut telle compétence. Mais je n’ai aucune instruction dans ce domaine ; et je n’ai pas de quoi me payer des études », « Il me faut une équipe de personnes capables de… ; et je ne sais pas comment les recruter. Je n’ai pas non plus de quoi les payer », « Il me faudrait de la chance pour gagner au loto et trouver un capital de départ. Or, je suis quelqu’un de malchanceux ».

Et parce que vous entretenez de telles pensées, vous ne bougez pas d’un poil vers la réalisation de vos rêves de richesse.

Ou alors, vous bougez, mais le faites mal.

Par exemple, vous montez un business plan.

Mais au moment de rencontrer l’investisseur et de lui présenter votre projet, vous manquez tellement d’assurance en vous-même que celui-ci craint de vous accompagner.

Vous échouez alors à rassembler le capital de départ ; ce qui confirme bel et bien que vous n’êtes pas capable de vous enrichir ; ce qui vous amène à manquer de confiance en vous.

Mais puisque vous désirez tant devenir riche, vous persévérez un peu : vous menez encore quelques actions. Mais comme vous essuyez à nouveau des échecs, tout cela vous confirme bel et bien que vous n’êtes pas capable de devenir riche.

Pire, comme vous avez tant échoué à atteindre votre objectif de 47 millions d’euros en 7 ans, vous en venez à penser : « Si j’échoue autant, c’est que je dois être vraiment nul (le), et pas que dans le domaine de la richesse ».

Vous ne croyez alors plus du tout en vous-même. Vous ne pensez plus être capable d’entreprendre quelque chose et de réussir, peu importe le domaine. Et là, on entre dans un cercle vicieux et infernal illustré par ce schéma :

Cercle vicieux du manque de confiance en soi
Cercle vicieux du manque de confiance en soi

Heureusement, il y a un puissant remède : s’aimer soi-même.

Quand on s’aime soi-même, on rejette toute pensée susceptible de nous faire douter de nous-mêmes et du potentiel qu’on a. Car on sait que ce sont des pensées destructrices ; et comme on s’aime vraiment soi-même, on n’a aucune envie de s’empoisonner et de se détruire.

Quand on s’aime soi-même, on s’accorde le droit de faire des erreurs et d’échouer. Quand on s’aime soi-même, on refuse de rester sur une défaite.

Quand on s’aime soi-même, on continue de penser du bien de soi-même quelques soient les circonstances externes.

Quand on s’aime soi-même, on croit en un avenir radieux même si l’on traverse actuellement des ténèbres.

Quand on s’aime soi-même, on est sûr de son succès. On ne voit peut-être pas tout de suite comment parvenir à ses fins. Mais on sait qu’on y parviendra.

Quand on s’aime soi-même, on sourit devant l’adversité. On refuse de donner à quelqu’un le pouvoir de nous faire du mal à travers ses propos ou ses actes.

Quand on s’aime soi-même, on a foi en soi-même. On est sûr de soi. On sait qu’on est capable de réaliser ses rêves.

Quand on s’aime soi-même, on sourit à pleines dents à l’avenir. On ne se concentre pas sur ce qu’on vit de mal aujourd’hui, mais sur ce qu’on vivra de bien demain.

Quand on s’aime soi-même, on rejette toute pensée susceptible de nous faire douter de nous-mêmes et du potentiel qu’on a. Car on sait que ce sont des pensées destructrices ; et comme on s’aime vraiment soi-même, on n’a aucune envie de s’empoisonner et de se détruire.
Quand on s’aime soi-même, on rejette toute pensée susceptible de nous faire douter de nous-mêmes et du potentiel qu’on a. Car on sait que ce sont des pensées destructrices ; et comme on s’aime vraiment soi-même, on n’a aucune envie de s’empoisonner et de se détruire.

Mais il est si difficile de s’aimer soi-même !

Oui, il est vraiment difficile de s’aimer soi-même. La plupart du temps, notre éducation et notre société nous ont habitués et continueront de nous habituer au contraire. Elles nous conditionnent à nous détester royalement nous-mêmes.

Quand l’enfant ramène une mauvaise note, on le réprimande, on lui donne des fessées. Quand il en ramène une bonne, cela passe inaperçu. Personne ne dit rien.

Alors, une fois devenu adulte, l’enfant s’auto-punit quand il échoue. Mais quand il réussit quelque chose, cela ne signifie rien à ses propres yeux ; et cela passe inaperçu.

Quand il échoue, l’adulte s’auto-punit de différentes manières : il s’interdit de sourire et d’être heureux, il se place en position de victime, il se traite de nul, il devient coléreux, il s’empiffre de vilaines choses, il pose des comportements destructeurs, etc.

Quel amour de soi y a-t-il dans tout cela ? Aucun ! Il n’y a là que de la souffrance !

Prenons un autre exemple : si quelqu’un n’obéit pas aux critères de beauté définis par la société, la plupart des autres êtres humains ressentent du dégoût et de la répulsion envers sa personne. Même s’ils essaient de le cacher, ça se voit dans leur regard, dans l’expression de leur visage.

Le message qu’on envoie indirectement à celui-là, c’est : « Tu es vilain(e), horrible ! Je ne pourrais jamais passer du temps avec quelqu’un comme toi ! Tu ne me mérites pas ! ».

La victime en vient elle-même à ressentir du dégoût et de la répulsion envers sa propre personne. Elle en vient à se détester, à se sentir complexée, et manque alors cruellement de confiance en elle-même.

Encore un autre exemple ? Le mari qui n’aime sa femme que quand celle-ci comble le moindre de ses désirs à l’instant « T » donné.

Il veut faire l’amour ? Madame doit être disponible. Sinon, il va la bouder pendant un bout de temps ou la sanctionner de mille autres manières.

Il veut aller en promenade avec Madame. Elle doit laisser tout ce qu’elle fait et le suivre. Sinon, c’est qu’elle ne l’aime pas.

Sa femme en vient alors à penser qu’elle ne mérite d’être aimée que si elle fait ce qu’on attend d’elle au moment où on l’attend d’elle. Si elle ne le fait pas, c’est qu’elle n’est pas digne d’amour.

Comment pourrait-elle s’aimer elle-même et croire fortement en elle-même dans de telles conditions. ?

Il est difficile de s’aimer soi-même, mais pas impossible ; et cela vaut la peine d’y parvenir !

Voici comment réussir à s’aimer et acquérir enfin confiance en soi.

 

Une question pour vous ? Quand vous aimez vraiment (je ne parle pas de possession, de jalousie, mais de l’amour pur et vrai) une personne, comment vous comportez-vous avec elle ?

Peu importe ce que cette personne affronte aujourd’hui comme difficultés, vous avez confiance en son potentiel, n’est-ce pas ? Vous avez confiance en elle, n’est-ce pas ? Car vous savez (sans qu’on n’ait besoin de vous le démontrer) que cette personne est un être humain et qu’il possède par conséquent (en termes de potentiel) tout ce qu’il lui faut pour réussir, pas vrai ?

En fait, vous croyez encore plus en elle qu’elle-même. Et quand elle en vient à manquer de confiance en elle-même, vous la rassurez et renouvelez votre assurance en son succès dans un avenir proche, n’est-ce pas ?

Vous autorisez cette personne à faire des erreurs, n’est-ce pas ? Vous êtes bienveillant à son égard, n’est-ce pas ?

De temps en temps, vous lui dites que vous l’aimez. Et si vous êtes du genre à ne pas savoir le dire, vous lui offrez quand même des cadeaux, adorez passer du temps avec elle, etc, vrai ou faux ? Vrai !

Alors, faites de même avec vous-même !

Tout d’abord, habituez-vous à l’idée de vous aimer vous-même ! Commencez par vous trouver un miroir. Chaque matin, regardez-vous bien en face dans le miroir et dites-vous « Je t’aime (votre prénom) ». Puis, faites-vous un gros bisou.

Je peux vous garantir ceci : les premières fois, on se sent bizarre ou on ne ressent rien. Mais quand on continue, quand on persiste, on commence par se sentir bien. Le sourire et la joie vous envahissent à chaque fois qu’on fait ce petit jeu. Offrez-vous trois mois de pratique quotidienne. Cela ne vous prendra que quelques secondes chaque jour. Mais l’impact sera énorme !

Ensuite, offrez-vous des cadeaux. Combien de fois avez-vous acheté quelque chose parce que vous en avez besoin ? Presqu’à chaque fois, n’est-ce pas ?! Maintenant, prévoyez dans votre budget mensuel de quoi vous offrir à vous-même des cadeaux. Même si vous n’avez accompli rien d’extraordinaire (à vos yeux) pendant le mois. Quand vous aimez quelqu’un, vous n’attendez pas forcément qu’il fasse quelque chose d’extraordinaire pour lui faire un cadeau.

Donc, si vous aimez jouer aux jeux vidéo, offrez-vous des jeux vidéo. Si vous aimez assister à des concerts, offrez-vous des tickets, etc, etc. VIVEZ !

Prenez l’habitude de vous aimer tous les jours, du matin au lever au soir au coucher et persistez dans cette habitude, même si vous n’avez rien accompli d’extraordinaire dans la journée.
Prenez l’habitude de vous aimer tous les jours, du matin au lever au soir au coucher et persistez dans cette habitude, même si vous n’avez rien accompli d’extraordinaire dans la journée. Ce n’est qu’en prenant soin de votre cœur qu’il prendra aussi soin de vous.

 

Puis, prenez soin de vous-même. Exactement comme vous prendriez soin de quelqu’un que vous aimez ! Offrez-vous un massage de temps à autre ! Faites-vous des séances de pédicure/manucure, faites du sport, mangez sain, riez le plus souvent possible et ne prenez pas la vie trop au sérieux, etc, etc.

Veillez aussi à changer votre conversation interne : à chaque défaite, rappelez-vous de ce que Thomas Watson père, fondateur d’IBM disait : « Pour réussir plus vite, il faut doubler son taux d’échec », de ce que Bill GATES dit : « Il est bien de célébrer le succès. Mais il est encore plus important de tirer des leçons de l’échec » ; et dites-vous « Mon échec me met sur la voie du succès. Il suffit que j’apprenne de lui ».

À chaque obstacle ou problème, rappelez-vous de ce que le Dr Norman Vincent Peale disait : « Les problèmes sont à l’esprit ce que l’exercice est aux muscles : ils endurcissent et rendent plus fort » ; et dites-vous « Mes problèmes, mes obstacles me rendent encore plus fort et plus déterminé ».

Et adoptez une habitude propre aux gagnants : félicitez-vous à chacune de vos victoires. Même si elles vous semblent insignifiantes. Vous en apprendrez plus sur cette habitude en lisant l’article « Confiance en soi : vos pensées vous limitent ? Voici comment vous en débarrasser et aller de l’avant »

Pour finir, ne vous attendez pas à changer les choses en l’espace de quelques jours. Soyez patient(e). L’on ne réussit des choses extraordinaires qu’en commençant petit et en progressant un petit peu chaque jour. Vous en saurez plus là-dessus en consultant le guide gratuit de la confiance en soi.

Et vous, avez-vous déjà expérimenté l’amour de soi comme remède au manque de confiance en soi ? Si oui, partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous.

Cet article a 1 commentaire

  1. Tres intéressant. Merci.qye Dieu vous bénisse!

Laisser un commentaire

474a7b7c66ae20f8e40994c22a82cbe0CCCCCCC