La magie de croire : pourquoi il faut bien réfléchir avant d'abandonner - Ma vie en main
La magie de croire : pourquoi il faut bien réfléchir avant d’abandonner
La magie de croire, un bel exemple de persévérance: la pompe à eau

La magie de croire : pourquoi il faut bien réfléchir avant d’abandonner

Est-ce que vous croyez à la magie de croire ? (si je peux m’exprimer ainsi)

Comme je vous l’annonçais dans mon dernier billet, nous allons boucler ici cette trilogie sur la persévérance avec deux exemples : celui de la pompe à eau et celui d’Arthur.

​Pour que ce contenu reste gratuit,

​de qualité et sans pub :

​Parce que chaque euro compte, merci à vous !

Rendez-vous au sommet (de Zig Ziglar)

Avez-vous déjà entendu parler de Zig Ziglar?

Zig Ziglar est un monsieur très croyant (chrétien) qui est persuadé que l’on peut réussir en étant honnête.

Il est un spécialiste dans le domaine de la confiance en soi et je suis heureux de voir que ce qu’il enseignait dans son livre “See you at the top” en 1975 est de plus en plus connu de nos jours : je croise de plus en plus de personnes honnêtes qui veulent réussir en aidant sincèrement leur prochain.

N’oublions pas qu’avant d’aider les autres, il faut déjà s’aider soi-même : comment voulez-vous sincèrement expliquer à un autre comment faire si vous n’avez jamais réussi ceci vous même?

Pompe à eau ACF : un exemple de persévérance.
Pompe à eau ACF : un exemple de persévérance.

© Julien Harneis

La vieille pompe à eau

Dans la version française de son livre “Rendez-vous au sommet” il donne un exemple que je trouve très parlant (achetez ce livre si vous voulez un livre merveilleux qui vous aidera à prendre confiance en vous, mais ne l’achetez pas si vous avez des problèmes avec la religion chrétienne, sa croyance ressort dans son livre), celui de la pompe à eau.

Lors de ses conférences, il aime à rappeler ce jour où deux amis à lui se sont arrêtés dans une ferme dans laquelle, au milieu de la cour, se trouvait une vieille pompe à eau.

L’un des deux  est allé donner quelques coups de manche avant de demander à l’un autre de ses amis d’aller chercher de l’eau pour actionner la pompe : car en effet, sur ces vieux modèles, il fallait commencer par donner de l’eau à la pompe afin de l’activer… avant de pouvoir en recevoir de sa part.

Persévérez, réfléchissez bien avant d’abandonner!

Une fois ceci fait, il a pompé, pompé, pompé… sans s’arrêter.

Fatigué, il a demandé à son camarade de poursuivre et ce dernier se mit, comme les shadocks, à pomper également à son tour.

Au bout d’un certain temps, découragé, il finit par arrêter, c’est alors que le premier  a accouru pour reprendre le relais, car en effet, au début, on pompe, on pompe, on pompe… et on ne voit aucun résultat venir, mais l’eau, sous la terre, est en train de monter et si on arrête nos efforts, alors elle va retomber et nous aurons travaillé pour rien (et personne n’aime travailler pour rien, n’est-ce pas?).

Au bout d’un certain temps, l’eau a commencé à couler, fraîche, pure, désaltérante et ils ont pu apaiser leur soif.

Ils n’avaient plus besoin d’actionner le manche à tout moment, il fallait juste le bouger un peu pour que l’eau, abondante, coule sans fin.

Zig Ziglar a retenu deux choses de cet exemple :

  1. Il faut donner avant de prendre. Comment voulez-vous avoir du feu d’un poêle à bois si vous ne lui avez pas déjà donné du bois?
  2. Il ne faut jamais abandonner tant que vous n’avez pas terminé votre effort, sinon, vous aurez perdu les bienfaits éventuels de votre travail : qui aime travailler pour rien?

Le métier de l’entrepreneur

Pour l’entrepreneur, c’est pareil : au début, il va travailler comme un dingue à pas d’heure, il va donner, donner, donner, donner, travailler, se dépenser sans compter et puis un jour, comme pour le bambou (cf. mon billet précédent dans lequel je prenais l’exemple d’une certaine graine de bambou qu’il fallait entretenir avec amour pour avoir, au bout de 4 mois, une chance sur cent pour la voir germer et s’étendre comme du chiendent), sur tous ses efforts, il y aura, à un moment où à un autre, une graine qui va germer. Le meilleur moyen de ne pas réussir, c’est encore de ne jamais tenter sa chance!

A partir de ce moment, il pourra commencer à relâcher ses efforts et à profiter de son travail.

Vous me direz certainement : ok Jean-Louis, mais moi, je ne veux pas devenir entrepreneur, ce que je veux, c’est être heureux dans la vie, ou encore : ce que je veux, c’est être en bonne santé, ce que je veux, c’est marcher à nouveau, …

Marcher à nouveau…

Vous ne croyez pas si bien dire, laissez-moi vous présenter Arthur.

La magie de croire

Est-ce que vous vous rappelez, ce que je vous ai dit dans mon dernier billet et que je vous ai rappelé tout en haut?

Je voulais encore vous présenter quelqu’un : Arthur.

Arthur, c’est un gars que j’ai croisé sur Facebook.

D’ailleurs, ce n’est pas lui que j’ai rencontré, mais une vidéo de marketing viral partagée par un ami. Elle avait été montée pour présenter la méthode DDP Yoga.

Parfois, il faut toucher le fond pour pouvoir atteindre des sommets

Arthur, un ancien parachutiste qui avait fait la guerre du Golfe, s’était abîmé le dos et les genoux à force de sauter.

Les médecins lui avaient dit qu’il ne pourrait plus jamais marcher sans assistance et il a fini par le prendre comme un fait.

Il a abandonné et il s’est mis à grossir de plus en plus et, comme vous pouvez le voir sur la vidéo, sa maladie a empiré au point qu’il devait se déplacer en fauteuil roulant.

Un jour, il a décidé de se reprendre en main et il a demandé à plusieurs spécialistes de l’entraîner, personne n’a voulu se donner la peine… personne, sauf un, Diamond Dallas Page. DDP ne le connaissait pas, mais il a vu quelque chose en lui qui a fait qu’il a accepté de l’entraîner.

Persévérez et relevez-vous quand vous tombez!

Arthur a souffert, il est souvent tombé… et il s’est à chaque fois relevé.

​Est-ce que vous avez apprécié cet article?

Si​ oui  ​et que vous voulez aussi en apprendre plus sur ce projet,

Regardez la vidéo, vous n’en croirez pas vos yeux: alors que les médecins lui avaient dit qu’il ne marcherait plus jamais sans assistance, que lui même n’y croyait plus, à partir du moment où il a décidé de prendre son destin en main, à partir du moment où il a décidé de faire des efforts et de suivre un entraînement avec un professeur, alors il a commencé à progresser… pour finalement réussir à marcher sans béquilles, puis à courir… et même à faire les pieds au mur!

Regardez cette vidéo et dites-moi :

Jean-Louis, c’est trop dur pour moi, je ne serai jamais capable de reprendre mes finances en main, je ne serai jamais capable de séduire une fille, je ne serai jamais capable de réussir, je ne serai jamais capable d’être heureux!

Vidéo inspirante d’Arthur

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour Jean-louis;

    Très bon article, très utile. il devrait être gardé dans un coin de notre esprit pour y revenir lorsque nous nous sentons découragé. cela me fait penser à un proverbe ou une citation qui nous dit :

    « la chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là ou on est tombé »

    bien à toi.

Laisser un commentaire

8a867fe3a05dcef2ed4782a1e9fc439ebbbbb