Bloquer sa marque et créer sa société ou Comment j’ai failli me faire baiser par un juriste et un comptable
bloquer sa marque Juristes Patriot Act Lego

Bloquer sa marque et créer sa société ou Comment j’ai failli me faire baiser par un juriste et un comptable

Bien le bonjour!

Monter son entreprise, c’est une vraie jungle, aussi ai-je décidé de m’entourer d’experts.

Parmi ces experts, il y a un cabinet comptable et juridique à Strasbourg, filiale d’un très grand groupe mondial que je ne nommerai pas.

Juristes Patriot Act Lego

©Eric Constantineau  www.ericconstantineau.com

 

J’ai choisi de travailler avec un grand cabinet parce que je préfère être épaulé par un expert qui a déjà travaillé avec d’autres entreprises dans mon domaine.

Ainsi, mon business plan sera affiné avec des chiffres d’entreprises similaires même si elles ne seront pas identiques.

Je réfléchissais alors à ma marque et comme, dans mon business, la marque est importante, que je souhaite en faire la publicité, il faut que je la bloque auprès de l’INPI

1- Quand bloquer auprès de l’INPI sa marque et pourquoi?

Il y a des cas où vous devez bloquer votre marque et d’autres dans lesquels ça ne sert à rien.

Il y a également un cas dans lequel il ne faut surtout pas le faire.

a) Il ne faut pas bloquer sa marque (ou son nom de société) auprès de l’INPI quand :

Vous avez un tout petit business, vous ne voulez pas devenir grand et vous êtes perdu dans le trou du cul du monde.

Mon comptable m’a raconté l’histoire d’une esthéticienne, dans un quartier perdu qui, conseillée par son ami juriste, a bloqué son nom de marque.

Il a commencé par rechercher le nom sur google, puis sur le site de l’INPI (cliquez ici pour télécharger le livret explicatif de l’INPI sur comment faire sa recherche de nom de société) et, ne trouvant rien, il a décidé de la bloquer pour 200 EUR.

Pour ce prix là, vous avez le droit de bloquer votre nom dans trois catégories différentes.

Le souci qu’a eu cette esthéticienne, c’est que sur son marché, il y a des géants comme Loréal qui passent leur temps à bloquer des noms de marque dans toutes les catégories possibles et imaginables.

En enregistrant son nom, elle a fait l’équivalent de sonner chez les avocats de Loréal pour leur dire : regardez, j’ai bloqué ce nom, qu’est-ce que vous en pensez?

Comme vous pouvez vous en douter, le nom avait déjà été bloqué même s’il n’était pas utilisé et elle n’a pas eu le droit de l’utiliser. Le nom était déjà mis en avant sur son enseigne, ses cartes de visites, ses flyers…

Une dépense inutile.

Ce serait à refaire, sans doute paierait-elle 100 EUR de plus pour faire une recherche plus poussée sur le site de l’INPI que la recherche gratuite?

b) Ça ne sert à rien

Ça ne sert à rien si vous ne souhaitez pas mettre votre marque en avant, si vous utilisez votre nom de famille ou que vous utilisez un nom commun.

Par exemple le garage Dupont de Triffouilly les oies ou si vous appelez votre entreprise “fenêtre” (même si une personne connue a réussi à bloquer son nom : “Windows’’ … mais ne sont-ce pas les exceptions qui font les règles?).

Limite, vous mettrez un © après votre nom et ça suffira bien si vous êtes le premier à le faire avec le nom que vous allez utiliser.

Dans le cas de bien des business sur Internet, j’ai l’impression que le blocage de marque n’est pas super utile.

c) Il faut bloquer votre marque auprès de l’INPI si vous souhaitez la mettre en avant

Comme ça, vous serez sûr que personne n’ira vous casser les pieds sur vos plates bandes: vous aurez mis plein d’énergie pour faire connaître un nom précis dans un domaine donné mais personne d’autre ne pourra profiter directement de vos efforts, ils devront réfléchir à une stratégie intelligente pour rentrer dans le marché.

Imaginez si Kleenex® ou UHU® n’avaient pas bloqué leurs noms?

Kleenex
Des noms de marque

 © Hindrik S

Aujourd’hui, nous utilisons Kleenex comme synonyme de mouchoir et en Allemagne, Uhu est synonyme de colle.

2- Pourquoi faire appel à un juriste?

Bien sûr, ce n’est jamais aussi simple, d’ailleurs, c’est pour cette raison que nous avons besoin de juristes conseils, d’avocats, …

Dites-vous que si vous demandez conseil à un juriste et qu’il se plante, il est assuré : rien que ça, la tranquillité, ça vaut largement ses frais d’honoraires.

Si vous vous plantez tout seul, vous en serez de votre poche.

Si vous discutez avec un avocat lors d’un contentieux, il pourra utiliser ce que vous dites contre vous.

Si deux avocats/juristes discutent entre eux, ils sont couverts par le secret professionnel.

Quelle belle profession!

3- Comment j’ai failli me faire baiser

Avec mon collègue, nous avions un nom de marque génial qui humait bon la modernité, la fraîcheur, la tranquillité pour le client, la vitesse, …

Le nom de marque parfait!

Seulement voilà, malgré nos recherches sur google ainsi que sur le site de l’INPI, notre juriste, en faisant des recherches plus approfondies, a trouvé qu’un autre zozo a trouvé le moyen de bloquer un nom de marque très approchant dans les mêmes catégories que nous.

Ce n’est pas le même produit, pas le même domaine, mais avec un nom approchant et les mêmes catégories.

Sur ce, il me demande un rendez-vous pour en parler de visu.

Je m’y rends seul et accompagné de mon comptable, il me pose plein de questions sur ma société, sur son statut, son adresse, …

Son prétexte?

Parler de la marque et prendre connaissance de visu de l’avancée du projet.

Son but?

Monter les statuts et nous les faire signer sous deux semaines.

Son intérêt?

L’argent : il est payé à partir de la fondation de la société et si j’abandonne, alors il ne touchera qu’un tiers de la somme totale.

Mon intérêt?

Comme tout créateur d’entreprise, je dois attendre le plus longtemps possible avant de créer ma société, parce qu’à partir du moment où mon entreprise sera crée, alors je vais devoir des impôts sur ma nouvelle société.

Pour le moment, je n’ai ni fournisseurs, ni clients: pourquoi devrais-je créer maintenant ma société?

Même si j’ai tout seul et selon la méthode expliquée précédemment fait un pré-business plan, tant que je n’aurai pas validé les fournisseurs, cela restera un business plan inaccompli.

Le comptable doit le valider et je préfère qu’il le valide avant d’être payé qu’après : avant, cela fait partie de notre contrat, après, il pourra me raconter ce qu’il voudra pour rajouter des lignes de dépenses à mon compte.

Voilà comment j’ai failli payer de suite mon comptable et mon juriste alors que j’ai d’après notre contrat un an pour monter mon entreprise et comment j’ai failli payer des impôts dès maintenant alors que je ne gagnerai sans doute pas d’argent avant au moins 6-8 mois.

Un autre désavantage?

Je touche aujourd’hui les ARE (aides au retour à l’emploi).

A partir du moment où ma société est crée, j’ai 15 mois pendant lesquels je toucherai ces aides appelées ACCRE.

Si j’attends, je profiterai mieux du dispositif d’aide au retour à l’emploi et aurai donc de meilleures chances de succès.

Comment je me suis aperçu que je faisais une connerie?

C’est tout simple, c’est mon collègue, qui a déjà monté deux entreprises qui me l’a rappelé.

Ayez des experts autour de vous mais gardez bien à l’esprit qu’il s’agit de conseillers et que dans tous les cas, ils penseront d’abord à eux avant de penser à vous.

Tant que vous ne serez pas assez gros pour qu’ils ne puissent prendre le risque de vous perdre, méfiez-vous et de toute façon, rapprochez-vous toujours de personnes qui sont passées par là où vous passez aujourd’hui, ce sont encore elles qui seront de meilleur conseil!

Laisser un commentaire

280144732c2f638136f1e47e4ffafaa0!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!